La Cie Le PAYS de ma TETE

La Cie Le pays de ma tête est un espace de création musicale et pluri-disciplinaire fondée en 2010 par Charlène Ploner.

Contrebassiste inventive, multi-instrumentiste, autrice, compositrice et clown, cette musicienne lorraine connue pour son grain de folie douce et son sourire contagieux, souhaite développer son univers musical personnel à travers des compositions mêlant sa voix lumineuse aux graves veloutés de sa contrebasse.

Allier sa passion pour les musiques du monde, et d’autres influences tout en gardant sa personnalité originale et surprenante, à la fois drôle et dramatique.

Cette envie d’envoler sa voix à travers le monde et sa poésie intérieure, inspire à Charlène le nom de sa compagnie : le « Pays de ma tête », et le titre du premier projet musical :

2010 : LES AIRS TRADITIONNELS DU PAYS DE MA TÊTE

Concert de compositions pour contrebasse, voix en charabia instantané et percussions digitales, avec Maxime Ottinger.

tournée des JMF, (2012-2014), à NJP, Gérardmer…

Compositions inspirées de musique du monde : Un monde que Charlène réinvente complètement, sans frontière dans le temps ou dans l’espace, et sans distinction de styles, un monde d’histoires rêvées, de possibles, de changement… Musique écrite, et paroles inventées au gré des onomatopées comme un langage nourri de sens et de sensible, charabia instantané évoquant des sonorités de voyage, puisé dans l’inconscient et dévoilant à chacun son imaginaire.

« on voyage sans bouger de sa chaise », « on ne comprend rien mais on comprend tout »…

L’échange, et le partage avec le public deviennent des axes importants dans la démarche de la Cie. Charlène et Maxime œuvrent dans l’action culturelle en milieu rural. En 2012 le duo du Pays de ma tête emmène sa musique en tournée à roulotte, à la rencontre des habitants, puis une deuxième tournée en 2014 en partenariat avec des écoles et associations, ré-affirme cette volonté de dynamiser les territoires.

Le contact direct avec le public, sur des lieux et situations insolites inspire le duo. En 2015, ils créent une forme de spectacle toute particulière, espace intime et insolite pour une expérience sonore privilégiée : un carrosse-citrouille lumineux de 4 m2. Les deux musiciens jouent pour 6 auditeurs des œuvres créées d’après des contes du monde. Ces compositions sont le prétexte d’un partenariat avec des écoles et médiathèques, qui enrichit la compagnie de nouvelles missions culturelles, et les artistes de nouvelles rencontres.

2015 : LA CUCURBIT’à SONS

Entresort musical

Contes musifiés dans un carrosse-citrouille, avec Maxime Ottinger

Zaccros de ma rue, Strasbourg FARSE, Bar le duc, Château de Lunéville…

La compagnie s’installe à Ste Barbe, dans les Vosges : une ferme spacieuse qui permet la construction et le stockage de décors, et offre un espace de travail et de répétition. L’écurie se transforme en lieu associatif, pour le développement de manifestations culturelles et conviviales, de la compagnie et d’autres artistes.

Maxime sort de son rôle de musicien, et devient le référent conception et réalisation du carrosse-citrouille, avec pour base une calèche, et des arceaux de fer forgé, ainsi que divers éléments en bois. Le duo y accueille le public et développe ce style de jeu particulier  de l’entre-sort: très court et répétitif. Ils proposent en outre l’aspect aléatoire du choix des morceaux par le public, au moyen d’un assortiment d’objets.

Charlène souhaite chanter dans des langues réelles, et transmettre la joie que lui inspirent ses chants préférés, issu du répertoire populaire de la Méditerranée. Elle réunit autour d’elle des musiciens pluri- instrumentistes pour présenter un concert poétique et festif.

2017 : CHARLENITSA ET LE CHTOK TOK ORCHESTRA

Croisière musicale sur les pourtours de la Méditerranée / Trad-prog.

Reprises de chansons traditionnelles du pourtour de la Méditerranée : Algérie, Italie, Grèce, Turquie… réarrangées à la façon du Pays de ma tête électrique.

Avec René Le borgne, Mael Nesti, Nicolas Come, Maxime Ottinger

Verdun, NJP, Longwy, Projet Akdeniz à Void Vacon

Sirène polyglotte, Charlène s’attelle au respect des paroles de chaque pays, et arrange les musiques selon son inventivité, exprimant les naufrages, les joies de l’amour décrites dans les chansons…

Le projet s’enrichit d’une mission culturelle d’envergure : l’arrangement d’une partie du répertoire pour la réalisation d’un concert avec des élèves d’école élémentaire et d’orchestre d’école de musique. Akdeniz Project…L’orchestration permet de nouvelles ouvertures, des paysages sonores… La transmission de chants populaires de ces pays permet aux participants une ouverture aux langues, et cultures méconnues.

En 2016, Charlène cherche à concevoir un concert solo participatif. Elle élabore un répertoire avec des compositions et des œuvres musicales variées, et travaille avec un nouvel instrument : la loop station. Ce spectacle amène petit à petit une trame de fond personnelle : le personnage cherche l’émancipation après une éducation un tantinet rigide… Le clown apparaît, et donne accès à une nouvelle dimension de jeu scénique.

2018 : SCHAËTZELE

Concert clownesque participatif en solo

Soutiens : Grand Est, Scènes et Territoires, COUACC /Azimut, Tota Compania.

a joué à Renaissances, Aurillac, Flex week, Longlaville, NJP Kids, le Feu aux planches…

Le clown, naturellement présent dans la personnalité gaie de Charlène s’affirme et se révèle au fil de la recherche. Francis Albiero de la Cie Flex aide Charlène à découvrir Schaëtzele, son clown sensible, clown pétillante, fragile aussi, qui cherche son identité, et offre sa voix dans divers styles vocaux et jeux sonores.

Le rapport au public est enrichi par la présence de ce personnage tendre et loufoque, qui improvise, se dévoile, et s’emballe. Au clown rien d’impossible ! Le regard extérieur de Diane Vaicle apporte des précisions sur l’histoire du personnage et l’écriture du spectacle. En 2020, un temps de recherche avec la metteuse en scène-clown Clémentine Jolivet permet d’approfondir le clown, plus en finesse et en intensité. Les chansons prennent alors tout leur sens, le spectacle gagne en profondeur. Ce travail est soutenu par Scènes et territoires en Lorraine et le COUACC/ Azimut. Dans la même période, un temps de travail sur la musique du spectacle sera effectué en résidence chez la Tota Compania, afin d’étoffer et préciser certaines musiques du spectacle.

Charlène souhaite développer le jeu du clown, continuer d’intégrer dans ses prochains spectacles cette discipline jubilatoire et puissante, tout en restant la musicienne pluri-instrumentiste qui explore compositions et reprises de musiques du monde.

Animée par l’envie de se libérer de toute contrainte, décor, besoin électrique, implantation scénique… elle souhaite développer une forme adaptable, légère, autonome, qui permette de laisser libre cours à son personnage, sans condition technique.

De cette envie de proximité, légèreté et mobilité, naissent deux formes autour de répertoires de musiques de l’Est et d’Orient, avec un instrumentarium varié : Instruments : voix, contrebasse, saz, kalimba,  flûte harmonique, viole de gambe, tambour, accordéon:

2020 : OPLAT’CHITA

Tour de chant voyageur pour petits et grands curieux

Concert solo pour lieu intimiste ou déambulation

Dans cette petite forme légère, Charlène enchante les oreilles de sa voix lumineuse, s’accompagnant de contrebasse, accordéon et saz… au grès du vent et des envies, elle s’envole et vous emmène en Grèce, Egypte ou Italie. Elle a dans son balluchon des chants tsiganes, yiddisch, sépharades…

Une manière de faire voyager les musiques d’ici et là, à la rencontre des petits et grands, de tout partout.

 

2022 : OPLAT’CHA

Concert clownesque de rue

Soutiens : Département 88, MJC Jarville, Cabagnol/Rue de la Casse, CCOUAC/ Azimuts,

Adagio Thionville, Communauté de communes de Rambervillers 2C2R

 La nouvelle création en route, avec pour thème « le voyage immobile », l’aventure d’oser partir pour trouver la vie. Charlène travaille avec l’aide d’une équipe inventive. Barbara Mornet assistée de Maxime Ottinger, pour la scénographie, la réalisation d’une machine roulante qui portera les différents instruments et objets de la vie quotidienne. Vincent Clergironnet pour l’aide à l’écriture, et Clémentine Jolivet pour le regard extérieur clownesque.

Charlène propose à son personnage une immersion dans l’espace public sur toute une journée. Au gré de son ressenti, de ses besoins, le personnage pourra rencontrer le public, chanter, faire sa gym, ou des crêpes… comme une errante libre et décalée. Une invitation à habiter l’espace extérieur, à faire de ce lieu une sorte de récréation, de chez soi dehors.